Septembre / Love

Du gris et du vert, des paysages oniriques, de beaux objets et des images inspirantes : c’est l’heure des coups de coeur du mois de Septembre. Une sélection éclectique et déjà automnale qui met à l’honneur les 80’s un peu et les belles choses, toujours …

En Septembre, j’ai aimé :
1. Me plonger dans l’univers de David Hockney grâce à la rétrospective que lui dédie le Centre Pompidou. Voir « en vrai » le Bigger Splash, frissonner devant ses « Paper pools » et surtout découvrir une oeuvre complète, surprenante et bien plus diverse qu’elle n’y parait. Si ça n’est pas déjà fait, foncez-y, l’expo se termine le 23 Octobre.
2. Profiter d’un séjour parisien pour aller découvrir « Chez Pichard ». Totalement à son image, la première boutique d’Amélie Pichard, imaginée par Marion Mailaender, se joue des règles et mélange détails kitchs et 80’s, mises en scène étonnantes et set up parfait. Pour plus d’images, c’est par ici. Moi, c’est simple, j’ai tout aimé, jusqu’aux petites fleurs en céramique qui ornent l’escalier central.
3. Prendre le temps de m’attarder sur le travail de Christian Gieraths. Sa série Pastime Paradise, bien sûr, qui dépeint une Amérique déserte et désuète comme transformée en un décor de cinéma et ses séries, toujours vides de toute présence, autour de La Havane, Tokyo ou Cape Town.
4. Découvrir par hasard le travail de Hilda Hellström, une jeune artiste suédoise. Et être ébahie par ses sculptures qui, au premier abord, paraissent être le fruit d’un incroyable travail de marqueterie. A la place, Hilda utilise de la résine et de la pâte Fimo pour un résultat beau et troublant, comme tout droit sorti d’un film en 3D.
5. Apprendre la sortie d’une version française du « Urban Jungle Book » de Igor et Judith, les instigateurs du chouette projet « Urban Jungle Bloggers« . A moi les belles images d’intérieurs green et les conseils pour avoir la main encore plus verte. Bref, de quoi me donner sévèrement envie d’agrandir ma collection.
6. Craquer pour le carnet Milky Way. Trouvé chez Merci et à shopper chez Nuuna, c’est le carnet PARFAIT. Et pourtant, quand on parle de papeterie, après des années de collectionnite aïgue, il en faut beaucoup pour me faire craquer. Mais avec sa couverture au toucher tout doux, son nombre de pages impressionnant et surtout son beau motif moucheté et argenté, je n’ai pas pu résister et il est bien parti pour être mon meilleur compagnon ces prochains mois, un beau Bujo qui donne envie d’être ouvert. Enfin.
7. Le chouette univers d’Aurélien Débat qui, avec ses illustrations qu’elles soient réalistes ou abstraites, et ses jeux en 2D et 3D invite le spectateur/acteur à créer LA ville nouvelle et à réfléchir sur l’espace urbain existant. C’est simple, drôle, efficace et toujours ludique. Et en plus,c’est beau.
8. Passer 9 minutes scotcher à mon écran pour regarder le génial Blow Up dédié à Jean-Luc Godard. Ne pas en perdre une miette. Admirer ses muses et son parcours, être surprise parfois et surtout, avoir envie d’en regarder plein. Plein. Plein. Et vive Blow Up !
9. Connaître enfin le nom du créateur de ces improbables cache-pots « slip de bain » et « poitrine » qui m’ont fait tant rêver : j’ai nommé Group Partner. Et le découvrir plus sobre mais toujours aussi facétieux avec sa série de cache-pots autour des visages. De belles céramiques qui ne se prennent pas au sérieux, que demander de plus ?
10. Me passionner pour le dernier défilé de Jacquemus. Je sais, ça n’est pas très original^^. Aimer les silhouettes, les couleurs, les motifs et l’histoire de cette collection bien nommée « La Bomba » et qui donne déjà envie d’être en été. Enfin, avec Isabelle Adjani. Et dans L’été meurtrier.
11. Cette image, piquée à SF Girl by Bay, qui résume bien mes essentiels du moment : une déco cocoon et un brin vintage, de la simplicité, une petite touche de l’Amérique et du mantra qui donne le sourire.
12. Voir enfin « Youth » de Paolo Sorrentino que j’avais envie de voir depuis sa sortie sans jamais en avoir eu l’occasion. Un film où la photographie et l’esthétique passent en premier mais sans jamais décevoir. Une froide poésie douce-amère, comme un hommage à la vieillesse et au temps qui passe et une bande originale sans laquelle ce film n’aurait sûrement pas la même saveur.

Voilà, voilà, j’en ai fini pour aujourd’hui, en espérant vous avoir fait découvrir des choses qui vous plairont ! Et vous alors, de belles découvertes ?

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string JLqbtn to the field below: