Et si on parlait broderie ? Ep.5 : Inspirations

Stéphanie K. Clark – Untitled

Comme promis (même si avec pas mal de retard), me revoilà avec un nouvel article dédié à la broderie. Préparez-vous à un article fleuve. Ahum.
Pas de tuto ou de conseils aujourd’hui mais plutôt une petite sélection de mes principales sources d’inspirations dans le domaine. Celles qui me donnent envie d’aller plus loin, celles dont les univers me parlent tout particulièrement ou celles qui brodent la vie. Sur tambour comme sur vêtements. A admirer ou à porter.

Petit tour d’horizon en images.

Sarah K. Benning – Untitled projects

C’est un peu Sarah K. Benning qui a remis la broderie au goût du jour, sur les réseaux sociaux du moins. Rendue célèbre via Instagram, elle brode quasi uniquement autour de ses thèmes de prédilection : plantes vertes, intérieurs bobo et mobilier scandinave, serres tropicales et personnages perdus dans des champs … de plantes ou de cactus.
Comme beaucoup, je guette chaque mise à jour de sa boutique avec l’envie folle de réussir – enfin – à placer dans mon panier l’une de ses délicates pièces avant le fatidique Sold Out sans jamais y arriver. Alors, en attendant, je me suis offert quelques uns des modèles qu’elle vend via son « Pattern Program » chaque mois sur Etsy, histoire de réaliser une petite broderie à la manière de Sarah !

Stéphanie K. Clark – The Bellows  / Stéphanie K. Clark – Untitled
Stéphanie K. Clark – Resk Dwelling / Stéphanie K. Clark – Delicate Arch / Stéphanie K. Clark – Mini carpets

On continue avec ma brodeuse préférée, toutes catégories confondues, Stéphanie K. Clark.
La preuve ? Impossible pour moi de choisir entre ces différentes séries.  J’adore le travaille de Stéphanie pour sa finesse, sa technique et sa simplicité : ses broderies sont comme des dessins, construits dans les moindres détails. Elle joue avec les contrastes en superposant des architectures très travaillées sur des paysages simplement évoquées, défie les proportions avec des tapis plus vrais que nature alors qu’ils ne font que quelques centimètres et joue la carte d’une réalité surexposée avec ses paysages colorés et minimaux.

Michelle Kingdom – Still the sky was blue / Michelle Kingdom – The world would continue without us / Michelle Kingdom – Before we were mortals

On s’éloigne de la simplicité avec Michelle Kingdom. Dans son travail, c’est le symbolisme et la mélancolie qui priment. Au sein de ses petits mondes ultra référencés – peinture classique, mythologie, histoire personnelle -, les personnages se livrent à des rituels étranges et païens, les filles se perdent dans des « paysages psychologiques » comme on se perdrait dans nos rêveries. Poèmes brodés et fragilité.

Lundi – Birds n°11 / Lundi – White Drops / Lundi – Bulles

On change complètement d’univers avec les compositions graphiques de Sylvia aka Lundi. Changement de technique aussi, puisque Sylvia, la seule française de cette sélection, fait du canevas.
Ses créations font la part belle aux formes et à des jeux de couleurs subtils et délicats. Avec ses compositions contemporaines et abstraites – mais pas vraiment -, l’artiste se joue des vides et des pleins pour trouver l’équilibre propre à chaque composition.

Jazmin Berakha – Untitled (1, 2, 3, 4, 5)

Sans transition, on revient à la broderie avec Jazmin Berakha et son univers graphique et coloré.
Les oeuvres de Jazmin ont comme point commun les imprimés et motifs textiles. Ses créations, qu’elles soient abstraites et évoquent un patchwork de tissus ou figuratives avec ses portraits de femmes sereines et parfaitement habillées, m’impressionnent par leur complexité et leurs compositions résolument modernes, toutes droit sorties d’un magazine de mode.

Tessa Perlow – Bear / Tessa Perlow – Flowers / Tessa Perlow – Tiger with flowers

En parlant de mode, parlons de Tessa Perlow. Crochet, broderie traditionnelle, perles et autres macramés, Tessa est une touche-à-tout qui donnent une seconde vie à des vêtements chinés qu’elle vient broder de motifs floraux ou animaliers avec une dextérité folle.

Señorita Lylo – Untitled (1, 2, 3 )

Lola Ghirardi aka Señorita Lylo brode majoritairement sur des vêtements, notamment des cols ou des poignets de chemises. Entre compositions florales et paysages, ses créations ont un joyeux mélange de motifs naïfs et enfantins et de points de broderie classique qui ici prennent une toute autre dimension. Ses broderies gaies et très colorées sont un poil trop régressives pour moi mais quel talent !

Eradura – Sunset Cactus patch / Eradura – Heartsick patch / Eradura – Lonesome Wolf jacket / Eradura – Fingers Crossed patch

On termine cette sélection avec les créations d’Eradura. Erika Duran, de son vrai nom, propose des totebags, patchs et autres objets textiles ornés de motifs inspirés de son histoire et du désert texan qui l’a vu grandir. Entre symboles de chance et superstitions, c’est l’Amérique et l’iconographie du rock’n’roll qui s’invitent. Et, perso, j’en redemande.

Dans l’ordre : Alice Weise – Mom and Dad / Valérie Vaubourg – Les proverbes / Ana Teresa Barboza – Suspension / Daniel Kornrumpf – no mold gold teeth / Hello Jonesie – The smoky mountains tee-shirt / Danielle Clough – What a racket / Laura Gourmel – A l’ombre des papillons #2 / Jenny Hart – Dirty Face / Maison Labiche – David Bowie tee-shirt

Dur dur de faire cette sélection. Si j’avais réellement voulu faire le tour, j’aurai encore pû vous parler des drôles de broderie sans visages de Alice Weiss, du travail de Daniel Kornrumpf qui brode comme il peint et peint comme il brode, revenir aux sources avec les icônes pop de Jenny Hart ou passer du côté de l’art contemporain avec les paysages un peu fous de Ana Teresa Barboza, faire honneur aux lilloises avec les oeuvres de Laura Gourmel et Valérie Vaubourg, évoquer – encore – les géniales raquettes fleuries de Danielle Clough ou vous vanter les tee-shirts brodés de Hello Jonesie et Maison Labiche.
A la place, je vous ai fait un pêle-mêle. Parce que c’est bien les pêle-mêles.

Et je vous laisse avec cette belle image d’une création de Cléa Lala pour Anne Fontaine. Cléa Lala qui, avec ses broderies sur papier, ses customs de vêtements et ses graphismes de folie, aurait presque pû être le lien de tout ça.

J’espère que ça vous a plu et je vous dis à tout bientôt pour le dernier article de la série !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string dBanil to the field below: